NEWS: Free griptape with every deck order ..Get 10% off everything use code: AGAIN10 ×

Black Label

Black Label Skates

35 ans en boîte, des bordures et des revêtements depuis 1988 ! Pour célébrer le 35e anniversaire de Black Label, l'entreprise vous laisse choisir votre forme et votre taille préférées ! 14 formes et tailles au choix ! Faites-le comme vous le souhaitez. Transfert individuel par John Lucero, ici à Label HQ. Avec un dessin original de Riky Barnes, notre premier pilote de l'équipe Lucero, Ltd. Les modèles limités de Beercan ne sont pas disponibles sur concretewave.de. Cependant, tout ce qui est venu en Allemagne de Black Label est également disponible dans notre skateshop ConcreteWave.

Black Label pour toujours !

Black Label Skateboards est un fabricant de planches à roulettes, de roues et de produits similaires. L'entreprise a été fondée en 1988 par John Lucero, artiste professionnel des années 80, propriétaire actuel et skateur de toujours. Au cours des 20 dernières années, Black Label a représenté certains des meilleurs skateurs, notamment John Cardiel, Gino Iannucci, Jason Adams, Matt Hensley, Salman Agah, Wade Speyer, Ragdoll, Duane Peters, Jeff Grosso, Mike Vallely, et bien d'autres encore. En tant que marque, Black Label n'a pas perdu de vue ce qu'elle est vraiment et ce qu'elle veut être dans le skateboard. "Ne jamais être acheté, ne jamais être vendu".

Les modèles classiques de skateboard Black Label comprennent:

  • Barcode
  • Eric Nash "DARKHORSE"
  • John Lucero "STREET THING"
  • "CURB NERD"
  • Lucero "CROSS"
  • "ELEPHANT"
  • "THUMBHEAD STACKED"
  • "THUMBHEAD"
  • "WELCOME TO 1988"
  • “THUMBPRINT”
  • "VIOLET ACTIONS"
  • „CIRCLE FLAME“
  • Brad Bowman Black Beauty

John Lucero via jenkemmag:

Black Label n'a jamais été financé par quelqu'un d'autre que mon portefeuille, et mon portefeuille est plutôt vide. Et lorsque nous avons gagné de l'argent, je l'ai réinvesti dans la société. Tournées, vidéos, ce genre de choses... Lorsque nous avons de l'argent, j'essaie de donner, et lorsque je suis fauché, j'essaie de donner ce que j'ai d'autre, c'est-à-dire mes encouragements ou mes connaissances. Ces dernières années ont été difficiles, j'ai perdu beaucoup de coureurs de l'équipe à cause de problèmes financiers. Et je suis fier de dire que tous ces gars sont toujours mes amis aujourd'hui. Ils savent que je les aime et ils disent toujours que certains des meilleurs moments de leur vie ont été passés à patiner pour Black Label.

Je veux que ces personnes sachent à quel point j'apprécie leurs efforts, et je suis heureux qu'elles apprécient également ce que j'ai fait pour elles. Mais à l'heure où tout le monde perd son salaire, personne n'est payé comme avant. À l'exception de quelques-uns qui s'en sortent bien avec un sponsor Nike ou Mountain Dew ou quelque chose comme ça. Et vous savez quoi, ce n'est pas une mauvaise chose. C'est une excellente chose. Si tu as un impact si important sur le skate que Nike te paie ce genre d'argent, c'est super parce que ça veut dire que tu as fait quelque chose de bien dans le skate. Personne ne reçoit de gros chèques pour ne rien faire ou n'est payé s'il ne le mérite pas.

Vous êtes connus pour ne pas voler les riders des autres entreprises de skate sous forme de "cold call". Pourquoi ? Tout à fait. C'est la seule chose que je ne supporte pas dans l'industrie du skateboard, la sollicitation à froid. J'ai été le premier à sponsoriser Gino [Iannucci] de Long Island, New York. Nous avons commencé à lui envoyer des planches, puis nous l'avons envoyé en Californie. Il était heureux d'être sponsorisé. Gino Iannucci roule pour Black Label. Dès que la nouvelle s'est répandue, il a commencé à recevoir des appels.

Au lieu que les gens soient excités à l'idée qu'il roule pour Black Label, comme "Wow, Black Label a ce mec génial", les gens étaient juste là, "Hey, tu devrais rouler pour nous". Je ne fais pas ça. Je n'appelle pas les gens à froid et je ne l'ai jamais fait. Un autre de nos anciens pilotes participait à une compétition, et le propriétaire d'une entreprise l'a joint sur son téléphone portable et lui a dit : "Combien Black Label te paie-t-il ? Nous vous payons le double." Putain de merde. C'est ce genre de merde.... il y a un nouveau beau gosse et tout le monde ne peut pas se contenter de ce qu'il a, il faut qu'il ait le sien. Ne vous méprenez pas, je ne dis pas que ces gars ne peuvent pas avoir de meilleures opportunités, et ils l'ont fait. Geno a pris la bonne décision. Mais il y a tellement de bons patineurs, surtout de nos jours. Je comprends... C'est juste décourageant parfois.

Cela fait tellement longtemps que ce n'est plus un problème, mais c'est quelque chose qui me tient à cœur. J'essaie toujours de construire une équipe à partir de la base, c'est pourquoi j'ai fait venir Gino. Nous avons sponsorisé Gino et Dill depuis leur plus jeune âge. John Cardiel, nous avons fabriqué ses premières planches pro. Je suis fier de prendre un gars, de lui donner une chance et de lui offrir sa première planche pro. C'est ce que j'aime vraiment faire. J'ai l'impression d'avoir apporté quelque chose au skateboard.

Votre dessin "Bondage Chick" de 1984 était plutôt coquin. Pensez-vous avoir créé le premier dessin de skateboard "controversé" ou offensant ? On dirait bien... Mes planches n'ont été produites qu'en très petit nombre parce que le skateboard était plutôt mort à l'époque, et apparemment beaucoup de gens ont renvoyé les planches à Variflex parce que les graphismes étaient trop choquants, vulgaires et dégoûtants. Je me souviens que Variflex m'a appelé pour me dire que les gens renvoyaient les planches, et je me suis dit : "Oh, merde, c'est super !". Je crois qu'il n'y a eu que 200 de ces panneaux fabriqués sur Variflex. C'était un excellent premier graphique. Ensuite, quand j'ai quitté Variflex pour aller rouler ailleurs, ils ont réédité le graphisme et ont juste changé le nom de John Lucero en Grim Ripper. Je me souviens d'avoir été énervé quand j'étais plus jeune, mais en y repensant maintenant, le panneau signifiait suffisamment pour eux de le rééditer et de le faire perdurer parce qu'il avait une certaine valeur.

En tant que propriétaire d'entreprise et artiste, vous sentez-vous moralement responsable de vos œuvres ? En tant que père, j'ai désormais une vision différente de ce qui peut et doit être publié. Je comprends maintenant les deux côtés de la médaille. Par exemple, je pense que tout ce qui a trait à l'herbe a déjà été traité à mort. J'en suis arrivé à un point où je n'en ai plus rien à faire. C'est le genre de mentalité dans laquelle la communauté du skateboard est tombée : comment pouvons-nous être encore plus scandaleux ? Mais plus rien n'est vraiment scandaleux... Je pense toujours que c'est bien de mettre de la bière, des cigarettes et d'autres choses sur les planches, mais pas au point que toutes les planches soient couvertes de plantes de weed et de merde.

Pour autant que je sache, ta première partie de skate moderne a été Label Kills (2001). Pourquoi as-tu eu si peu de vidéos ? Je suis probablement le skateur le moins documenté de mon époque. Je me contentais de traîner avec mes amis. Neil [Blender] et Lance [Mountain] étaient toujours en train de faire des séances photos avec les meilleurs photographes de magazines alors que j'étais à la maison en train de skater les trottoirs et de faire ce que je voulais avec mes autres amis - je n'ai pas su saisir ces opportunités. Avec le recul, je me dis que j'aurais dû en profiter, car il n'y a pas de bonnes photos de cette époque. Il n'y a pratiquement rien, aucune documentation de moi et de mes débuts dans le street skating, parce que nous le faisions tout simplement. Tout est basé sur des souvenirs et des histoires. Je suis reconnaissant de la façon dont les choses se sont passées. J'ai toujours l'impression que le monde du skate a été plus que gentil avec moi en termes de reconnaissance.

Vous avez développé le Slappy, n'est-ce pas ? Tout le monde m'en attribue la paternité, et je l'accepte - c'est tout simplement énorme de faire une coupe pour quelque chose comme ça.... c'est juste de l'affûtage de trottoir. Vous pouvez rouler dans la rue, carver sur un trottoir et l'affûter. Mais un vrai slappy, c'est quand on roule le cul en avant et qu'on ne lève pas les camions. Les bogies avant frappent en premier, et avec suffisamment d'élan à l'arrière, tu te penches vers l'intérieur et tu utilises ton talon pour le pousser vers le haut, et boum, il saute par-dessus le bord. C'est ça le slappy, et c'est la technique de Lance Mountain et la mienne. Je ne veux pas m'attribuer tous les mérites, il y a eu beaucoup de gens qui l'ont fait.

Vous êtes également à l'origine du No Comply, n'est-ce pas ? Le No Comply a été créé juste après la sortie du Boneless. Le Boneless était une figure qui, une fois apprise, pouvait s'adapter à n'importe quoi, du vertical au street skating. Cette figure a vraiment ouvert la voie au street skating. Lorsque vous faites un boneless, votre pied avant est bien sûr au sol et vous volez dans les airs, mais j'ai trouvé comment le faire à partir d'un trottoir sans me tenir à la planche. J'ai appris à faire un bonk boneless à partir d'un bloc de parking, et je me suis un peu moqué de ça - le boneless sans les mains. Nous faisions ces bonelesses sans prise sur ce bloc de parking et Neil [Blender] était avec moi et nous rigolions et il disait : "Je ne comprends pas, je ne comprends pas, c'est stupide. No Comply", c'est comme ça que le nom est venu, on l'a appelé No Comply pour No Understanding, c'est tout ce que ça veut dire. No comply signifie "personne ne comprend, no comprende". Son fonctionnement n'avait aucun sens. Je les appelais aussi les écraseurs de trottoirs. Au départ, c'était une blague, puis Neil a joué dans une publicité en faisant un, et c'est parti de là.

Dans le No Comply original, vous frappiez la planche contre un bloc de stationnement. Quand le jeu est-il devenu un jeu où l'on frappe la planche avec son genou, ce qui la fait éclater ? C'est en quelque sorte arrivé plus tard. Au début, on frappait la planche contre un bloc de parking ou une fissure dans le trottoir, et c'est tout. Nous avions l'habitude de faire des ollies en pression et des ollies en craquement - tout cela existe depuis si longtemps que parfois un ollie en craquement est tout simplement la chose la plus drôle que l'on puisse faire en skateboard. Si vous arrivez à faire un ollie parfait à quelques centimètres du sol, c'est vraiment génial. Tout cela est né lorsque nous étions assis sur un trottoir et que nous nous amusions, comme je vous l'ai dit. C'est tout ce qu'on faisait, on était assis sur le trottoir, on buvait du Coca et on parlait de merde, tu vois ce que je veux dire ? Et on donnait des coups de pied sur la planche. Toujours à donner des coups de pied dans la planche. Parfois, je suis reconnaissant qu'il n'y ait pas eu de films, de vidéos ou une surabondance de films à l'époque, parce que sérieusement, ça n'aurait été qu'une bande d'idiots en train de raser des trottoirs. Ce n'est pas si cool que ça. C'était juste une période formidable de votre vie. Aujourd'hui, tout est tellement exagéré que vous n'avez plus besoin d'avoir des souvenirs parce que tout est documenté à chaque fois que vous sortez.

Jeff Grosso via juicemag:

Où étiez-vous ? À Huntington Beach, où j'ai toujours été. Comment quelqu'un a-t-il pu entendre parler de vous ? J'ai été skateur professionnel. Qui sont tes sponsors ? Je roule pour John Lucero's Black Label Skateboards, la meilleure entreprise de skateboard du secteur. Qui sont tes autres sponsors ? Mon tout premier sponsor a été Variflex Skateboards, qui a signé des talents comme le puissant Allen Losi, Eddie Elguera, Eric Grisham, les frères Hirsch, Lance Mountain, John Lucero et moi-même. Mon deuxième sponsor était Santa Cruz, puis j'ai quitté Santa Cruz pour skater pour Powell, mais Powell était trop faible pour moi.

Ensuite, je suis devenu pro pour Schmitt Stix, puis je suis retourné à Santa Cruz, mais je me suis fait virer de Santa Cruz et Lucero a lancé Black Label. Tu ne vivais pas avec Lucero sur la 7ème rue ? Oui, avec Marty Jiminez, Pushead, Tony Keala et Tony Moffet. Où as-tu dormi ? Je dormais sous une table à cartes dans le salon, derrière le canapé. John avait la chambre du fond parce qu'il avait des filles. Je n'avais pas de filles, alors j'ai pris de la coke et je suis resté éveillé toute la nuit, utilisant la table en carton pour empêcher le soleil de me frapper les yeux. Je ne me suis pas couchée avant le matin parce que je devais l'écouter baiser toute la nuit. C'était tellement déprimant. Je suis contente que ce soit fini maintenant.

Est-ce que vous et Ross Goodman avez déjà grimpé aux sapins ensemble ? Non, mon Dieu. Tout d'abord, laissez-moi vous dire que Ross Goodman est l'un des meilleurs skaters de vert de tous les temps, même s'il ne ride plus parce que c'est un col bleu qui se fait tatouer. L'histoire est la suivante : nous étions dans un groupe avec les frères O'Brien et Jeff Kendall. Jason Jessee lui a donné un nom, il s'appelait Tree. Les gars de Wax Trax nous ont emmenés à Chicago pour nous enregistrer. Le type vivait au-dessus d'une usine de shampoing et il fallait s'enfermer la nuit. Ross et moi avons mangé environ onze Darvocets chacun, bu un cinquième de vodka et agacé tout le monde dans la maison en jouant au basket-ball et en nous passant de la mousse à raser sur la tête pour qu'ils ne puissent pas voir nos visages. Nous voulions plus d'alcool, alors nous sommes sortis par la fenêtre au sommet du bâtiment de trois étages. Nous avons essayé de trouver un moyen de quitter le toit, mais nous n'y sommes pas parvenus.

La seule chose que nous avons trouvée, ce sont quelques arbres à environ trois mètres de nous. Ross m'a alors dit : "Saute à travers les arbres comme Rambo, ils amortiront ta chute". Je l'ai fait et je l'ai bien fait. Ross a essayé et a atterri sur moi, ce qui m'a fait mal. Ensuite, nous avons dû traverser Breenie Green à 7 heures du matin, le pire quartier de Chicago ; deux Blancs avec de la mousse à raser sur la tête dans un quartier entièrement noir. Les flics sont venus nous voir et nous n'avons même pas eu droit à de l'alcool. Vous avez vécu dans beaucoup d'endroits. Qu'en est-il de la "Hell House" ? Vous parlez de la Huntington Beach Hell House. C'est la maison de Marty Jimenez. Je devrais profiter de l'occasion pour m'excuser auprès de Marty et de sa charmante épouse Cindy de les avoir stressés pendant les quatre ou cinq années où ils nous ont fourni un endroit où vivre.

Nous n'étions pas des locataires particulièrement cool et je suis sûr que nous leur avons donné beaucoup de maux de tête. Nous faisions beaucoup de speed, nous ne travaillions pas, nous faisions des collages à partir de magazines pornographiques et nous nous comportions généralement comme des idiots. Y avait-il un endroit où Ricky Barns aimait faire pipi ? Ou qu'il faisait pipi ? Oh oui, j'avais une petite amie qui était impliquée dans la vente de HB Brewing Company à l'époque, et elle a dû quitter l'État pour diverses raisons. Quoi qu'il en soit, je m'étais entiché de cette fille parce que je me prenais pour un poète, que je me droguais et que j'écrivais de très mauvais poèmes, et elle est venue chez moi et m'a laissé m'accrocher à ses faux seins. Je la trouvais vraiment cool.

Un soir, elle est venue avec deux de ses amis et nous étions tous en plein trip LSD. Ricky a eu l'idée que j'allais partir avec ces filles et me shooter à la morphine, alors il a chassé les filles avec un canif, puis il a essayé de se battre avec moi et m'a jeté le canif. J'ai dû m'enfuir dans la rue parce qu'il avait perdu les pédales. J'ai disparu pendant quelques jours. Ricky est retourné dans la maison, a saccagé ma chambre, a pris tout ce que je possédais, l'a mis en boule sur mon lit et a pissé sur mon lit. Il aimait aussi se branler dans mes chaussettes, ce que j'ai ignoré pendant deux ans. Il a fini par admettre qu'il s'était introduit dans ma chambre, qu'il s'était branlé dans mes chaussettes et qu'il les avait ensuite remises dans mon tiroir. Quelles sont vos autres sources de revenus ? J'ai abandonné le lycée, ce que je ne recommande à personne, mais je l'ai fait parce que je me trouvais cool. Ensuite, j'ai été skateur professionnel pendant environ quatre ans, ce qui est relativement court pour un skateur professionnel, mais ensuite, tout s'est arrêté et je suis passé directement à la bouteille d'alcool.

J'ai perdu mon emploi et j'ai été au chômage pendant les cinq années suivantes parce que j'étais trop occupé à boire et à me droguer. Puis, lorsque je vivais à Hell House, mon colocataire Brent m'a trouvé un emploi dans une usine d'animaux en peluche. Vous savez, ces machines à griffes dans lesquelles vous mettez une pièce et qui sortent les animaux en peluche. On stockait ces boîtes avec des petits ours comme l'ours A35 et l'éléphant F325 avec la balle et l'ours avec le cœur pour la Saint-Valentin, alors on se rendait au travail drogués à la méthamphétamine et on sniffait du speed toute la journée et on emballait des boîtes d'animaux en peluche toute la journée, et on ramenait les animaux en peluche à la maison et on les donnait à Ricky pour ses enfants, et il leur arrachait les membres et les recousait dans toutes sortes de configurations foireuses. Puis nous avons finalement dû abandonner le travail. Nous ne dormions pas assez après être restés debout pendant six jours d'affilée. J'ai ensuite trouvé un emploi chez Billabong, qui m'a supporté pendant un certain temps.

Ensuite, j'ai travaillé chez Black Label, avec des interruptions. J'ai été renvoyé cinq fois. John m'a donné chance après chance. Je suis désolé, John. Ensuite, Billabong m'a licencié deux fois et m'a fait revenir, même si je leur avais menti en disant que j'étais sobre, ce qui n'était pas le cas. J'étais dans un sale état. Puis j'ai trouvé un emploi dans la merveilleuse société Straight Edge Floor Coverings à Costa Mesa, en Californie, un groupe de personnes formidables.

Joyeux anniversaire Black Label Skates pour 35 ans de skateboard hardcore!

Nous vous soutiendrons toujours ! Longue vie au label!

Loading ...