NEWS: Krooked, Spitfire, Powell, Santa Cruz, Zero, Blast, Inpeddo, Birdhouse, Creature, Thunder, 187, ArborGet 10% off use code: AGAIN10 ×

Thrasher

Thrasher Magazine

Publié mensuellement à San Francisco, en Californie, depuis janvier 1981, Thrasher est le magazine de skateboard le plus ancien et le plus vendu de tous les temps. Son nom est synonyme des racines et de l'évolution constante du skateboard, et son équipe s'efforce de définir cette évolution et l'esprit d'aventure de ses lecteurs.

Dites "1981" à haute voix. Cela ne sonne peut-être pas comme "1969" ou "Y2K", mais cette deuxième année des années 1980 a été une première historique : Ce printemps-là, la NASA a lancé la première navette spatiale réutilisable, Columbia. IBM lance le premier ordinateur personnel. Cet été-là, MTV est diffusée pour la première fois. Mais au début de l'année, avant tous ces autres événements, un groupe de skateurs dans un coin de San Francisco a créé le premier numéro du magazine Thrasher.

Thrasher est rapidement devenu le magazine de skate le plus respecté au monde ; le skateboard avait trouvé un porte-parole et s'était fait une place dans le paysage. Ce qui n'était au départ qu'un tabloïd de 32 pages s'est transformé en plusieurs marques respectées - dont les magazines Juxtapoz et SLAP - ainsi qu'en une série de livres, de guides de construction de rampes, d'albums de skate rock, de vidéos et de DVD Thrasher, d'une ligne de produits et de softgoods extrêmement populaire, et de l'autorité numéro un en ligne en matière de skateboard.

Aujourd'hui, Thrasher est plus grand et meilleur que jamais. Son nom est synonyme des racines du skateboard et de son évolution constante, et son équipe se consacre à définir cette évolution et l'esprit d'aventure de son lectorat. De grandes entreprises internationales tentent de se convaincre de notre crédibilité, tandis que des jeunes se tatouent le mantra du magazine, "Skate And Destroy", sur la peau. Comme ces tatouages gravés sur les bras des skaters du monde entier, Thrasher est éternel.

Thrasher est plus qu'un simple magazine de skateboard. C'est une publication emblématique qui retrace l'évolution de la culture de la rue du point de vue d'un skateur. Dans le monde du skateboard, il y a eu plusieurs magazines de skateboard importants, mais peu ont résisté à l'épreuve du temps. Thrasher a été fondé en 1981 par Eric Swenson et Fausto Vitello à San Francisco, en Californie. Eric Leon Swenson est né à San Francisco le 4 août 1946. Fan de musique punk et de hard rock, il aime jouer de la guitare et réparer des motos. Son futur associé, Fausto Vitello, est né trois jours plus tard, le 7 août 1946, à Buenos Aires, en Argentine. La famille de Vitello s'est installée en Californie pendant la révolution de libération (Revolución Libertadora) qui a eu lieu dans leur pays d'origine. Le duo s'est rencontré dans la réserve de l'armée américaine dans les années 1960, et leur passion commune pour les motos s'est transformée en une amitié unique. En 1978, Swenson et Vitello s'associent à Richard Novak et Jay Shuirman pour créer l'Independent Truck Company. Trois ans plus tard, en janvier 1981, les amis lancent Thrasher Skateboard Magazine, une publication qui servira de support publicitaire à leur société de camions de skate.

Thrasher était un magazine de skateboard alternatif publié par High Speed Productions. Le célèbre logo de Thrasher utilise la police Banco créée par Roger Excoffon en 1951. La devise du magazine - "Skate and Destroy" - était une expression des skaters et des punks des années 1970. Bien qu'il n'ait pas été le titre le plus vendu dans le domaine du sport pendant longtemps, il a évolué comme une réponse underground brute à ceux qui promouvaient le skate comme une activité de plein air polie et grand public. D'une certaine manière, l'essence de Thrasher reflétait la personnalité de ses fondateurs. Alors que le Californien était un penseur discret, l'Argentin était franc, exotique et bruyant. Le premier rédacteur en chef de Thrasher était Kevin Thatcher. Mörizen "MoFo" Föche, le légendaire photographe de skate, a été le deuxième collaborateur du magazine. Un coup d'œil aux couvertures du magazine Thrasher montre l'évolution du skateboard en tant que sport et en tant que manifestation socioculturelle de la culture de la rue. La toute première couverture de Thrasher était une illustration d'un skater dribblant une piscine, mais les 11 autres couvertures de la première année montraient des exemples de ce qui était en train de disparaître dans le passé, de ce qui allait arriver dans le futur, mais surtout de ce qui se passait maintenant, et ce qui se passait, c'était le vert skating dans les "trois P" : piscines, parcs et tuyaux", note Ben Marcus, auteur de "The Skateboard - The Good, the Rad, and the Gnarly : An Illustrated History".

"La première année de Thrasher, la descente était en couverture une fois et demie, mais cela est peut-être dû au fait que le magazine a été fondé par une société qui s'était d'abord fait un nom dans la descente et le slalom en skateboard à La Costa, Signal Hill, la Catalina Classic et la Capitola Classic. "Le reste des couvertures de Thrasher en 1981 était centré sur le Vert et les héros du Vert qui venaient de naître. Le slash frontside de Chris Strople dans une piscine, le foot plant organique frontside de Chris Miller en halfpipe, le fakie foot plant ollie d'Allen Losi dans un bowl de skatepark, Duane Peters faisant un agro sweeper recovery, et bien d'autres encore." L'une des rubriques les plus populaires de Thrasher est le "Hall of Meat", un espace photo réservé aux blessures désagréables et dégoûtantes soumises par les lecteurs.

L'ère Jake Phelps

En 1993, un nouvel homme prend la barre - James Kendall Phelps, une personnalité qui deviendra le visage et l'âme de Thrasher. Jake Phelps avait rencontré Swenson et Vitello à Concrete Jungle en 1986. Le duo l'a d'abord invité à travailler comme rédacteur pour le magazine, mais trois ans plus tard, Phelps était déjà responsable de la salle de courrier de Thrasher. Après avoir pris le poste de rédacteur en chef en 1993, ce skateur controversé à l'attitude punk a fait grandir le magazine comme jamais auparavant. Jake Phelps adorait le skateboard. C'était sa vie. Mais il est également tombé amoureux du magazine, même s'il pouvait parfois se montrer agressif, problématique, injuste et caustique. Son attitude rude de skateur s'est traduite par un mode de vie alternatif et un dossier médical de 290 pages comprenant sept opérations du genou et des fractures aux jambes, au bassin, à la clavicule, au pouce et au crâne. "Jake n'avait même pas d'ordinateur sur son bureau. Il n'avait pas d'adresse électronique et son répondeur n'était même pas configuré", a révélé un jour un employé de Thrasher.

Phelps a dirigé Thrasher pendant 27 ans. Il est décédé le 14 mars 2019 à son domicile de San Francisco à l'âge de 56 ans. La cause du décès n'a pas été rendue publique. Jake a été incinéré avec son skateboard, et son nom a été peint à la bombe en son honneur au Potrero del Sol Skatepark. En réalité, Swenson et Vitello n'ont pas survécu à l'emblématique rédacteur en chef de Thrasher. Fausto Vitello est décédé d'une crise cardiaque alors qu'il conduisait sa moto en 2006, et son fils Tony a repris le magazine. Le 20 juin 2011, Eric Swenson a mis fin à ses jours à l'âge de 63 ans devant un commissariat de police de San Francisco. Le Californien souffrait depuis longtemps de fortes douleurs à la suite d'un accident de moto qui lui avait causé de multiples problèmes articulaires. Il s'est donné la mort dans un lieu public afin que sa famille puisse facilement retrouver son corps.

Plus qu'un simple magazine sur le skateboard

Après les premières années, il était clair que Thrasher deviendrait plus qu'un simple magazine de skateboard. En fait, il est devenu une marque avec de multiples intérêts commerciaux. En 1999, le magazine a sponsorisé le jeu vidéo Playstation "Thrasher Presents Skate and Destroy". Le titre s'est retrouvé en concurrence directe avec "Tony Hawk's Pro Skater". L'aventure du jeu de Thrasher avait un gameplay plus réaliste, des planches cassées, des os brisés et même une garde à vue. L'objectif était de trouver un sponsor et de faire la couverture de Thrasher. Cependant, en raison de critiques mitigées et d'un adversaire record, les ventes n'ont jamais vraiment décollé et le jeu n'a pas été poursuivi.

Aujourd'hui, Thrasher est l'une des marques de skateboard les plus populaires au monde et bénéficie de sa réputation et de sa crédibilité. La marque vend des T-shirts, des cagoules, des chapeaux, des vestes, des shorts pour filles, des bandanas, des chaussettes, des sacs, des autocollants, des colliers, des porte-clés, des lunettes de soleil, des pins et des patchs, des ceintures, des sacs de skate, des serviettes de plage et bien d'autres choses encore. Le plus grand et le plus influent magazine de skateboard de tous les temps décerne également le Skater Of The Year (SOTY) Award sans interruption depuis 1990. Il s'agit du trophée le plus prestigieux de la culture du skateboard. De 1983 à 1990, Thrasher a publié "Skate Rock", une série de compilations musicales présentant des groupes de thrash et de punk rock composés de skaters. Les albums étaient vendus sous forme de cassettes et de disques vinyles.

En 2003, Thrasher a lancé "King of the Road", une série de compétitions de skateboard qui se déroulent aux États-Unis et en Chine (2011 uniquement) et qui ont été conçues par Michael Burnett. L'événement invite des groupes de skateurs qui reçoivent une liste de défis à relever. Chaque équipe dispose de deux semaines pour relever tous les défis, des points étant attribués ultérieurement en fonction des performances. Thrasher gère également son propre skatepark intérieur. Double Rock est situé quelque part dans la baie de San Francisco et n'est accessible que sur invitation pour des tournages spéciaux. Le 66 6th St est un magasin-musée où les skateurs et le public peuvent découvrir l'histoire du skateboard et acheter des vêtements de la marque Thrasher.

Loading ...